- L’or est la seule forme de monnaie qui n’a pas été détruite depuis 5000 ans.

 

- L’or est en train de retrouver son statut historique de monnaie : Pendant 2000 ans, la monnaie était constituée de pièces d’or et d’argent. Depuis 1971 et la fin du standard or, nous vivons une expérience monétaire qui, comme toutes les expériences de monnaies “papier” non convertibles en actif tangible, a échoué. Historiquement les expériences de monnaies papiers non convertibles en actifs tangibles durent 27 ans. L’expérience du dollars dure depuis 40 ans, nous vivons la fin de cette expérience.

 

- L’or est un actif sous évalué : corrigé de l’inflation le cours de l’or devrait être beaucoup plus élevé, aux alentours de 7500 dollars l'once selon certains experts. Le ratio "Or / Dow Jones” permet de juger du niveau de valorisation de l’or sur le long terme. Historiquement l’or est correctement valorisé quand le ratio “cours de l’or / cours du Dow Jones” est compris entre 1 et 2. Suivant une hypothèse de ratio égal à 1,  le cours de l’or devrait être environ 5 fois plus élevé qu’aujourd’hui, soit aux alentours de 7500 dollars l’once.

 

- La chute du dollar comme monnaie de réserve internationale est inévitable : Devant la dévaluation accélérée du dollars, rendue possible par les politiques d’assouplissement monétaire (ou d’impression monétaire incontrôlée), tous les pays à forts excédents de réserves monétaires (généralement libellées en dollars) convertissent leurs dollars en actifs tangibles. De nombreuses banques centrales de pays comme la Russie, la Chine, le Brésil, convertissent leurs dollars en or afin de préserver le pouvoir d’achat de leurs réserves. Ce mouvement de fuite du dollars vers des actifs tangibles (or, argent, terres agricoles) est irréversible et accélère d’autant la dévaluation du dollar.

 

- Les autres monnaies internationales n’offrent pas de solutions alternatives, car toutes basées sur le principe d’argent “papier” non convertible. Les réserves de change de la majorité des pays du monde sont en dollars, le dollars étant la monnaie de réserve internationale. Le dollar ne joue plus son rôle de "réserve" de valeur.

 

- La destruction des équilibres budgétaires des gouvernements et l’implémentation de politiques de taux d’intérêt à taux zéro ont de grandes chances de voir se concrétiser une période d’hyperinflation destructrice. Plus les gouvernements impriment des milliards de dollars ou d’euro, plus les monnaies sont dévaluées, générant inflation et risques hyper-inflationniste. Quand une quantité plus importante de monnaie se répand sur une même quantité de produits, tous les prix augmentent (en nominal) générant de l'inflation.

 

- Le véritable impact des produits dérivés ne s’est pas encore manifesté. Ces “armes de destruction massives”, comme les appellent Warren Buffet, rendent la situation financière des banques encore très instable.

 

- La demande d’or en tant qu’investissement s’accélère mais nous en sommes encore au début du phénomène. Très peu de personnes possèdent de l’or ou de l’argent physique dans leurs portefeuilles d’investissement.
Il est impossible que l’or soit dans un phénomène de bulle à l'heure actuelle quand à peine 1% de l’épargne mondiale est investit en or. Historiquement c’est en moyenne 15% de l’épargne mondiale qui a toujours été investie en Or physique. On ne peut donc pas parler de phénomène de bulle sur l'or.

 

- Prise de conscience croissante du fait que de nombreux émetteurs de produits financiers (ETF, certificats Or) permettant d’investir dans l’or n’ont pas les quantités d’or physique qu'ils prétendent avoir : Il existerait 100 fois plus d’Or "papier" vendu via des certificats papier que ce qu’il n’existe réellement d’or physique dans les coffres des émetteurs de ces certificats. N’investissez que dans l’or PHYSIQUE que vous détenez en nom propre. Ne vous exposez pas au risque de défaillance des contreparties.

 

- L’augmentation de la production d’or par les sociétés minières n’est pas envisageable. La demande est plus importante que l’offre et le “credit crunch” de 2008 a aggravé la possibilité pour les sociétés productrices d'or, de financer de nouveaux projets permettant une augmentation de la production d’or.

 

- Les Banques centrales ne vendent plus d’or sur les marchés. Limitant l’offre, elles achètent désormais toutes de l’or afin de limiter leur exposition à la baisse de pouvoir d’achat des monnaies qu'elles possèdent en réserve, principalement le dollar.

 

- Accélération de l’achat d’or par les banques centrales des pays Asiatiques, moyen orientaux et Russe, qui voient leurs réserves de change en dollar perdre leur pouvoir d’achat à mesure que des milliards de dollars sont imprimés par la banque centrale américaine (FED).

 

- L’or est encore extrêmement sous-évalué, en relation aux montants colossaux de monnaie papier imprimés. Si comme certains analystes l’anticipent, nous nous dirigeons vers une période d’hyperinflation, la monnaie sera détruite et son pouvoir d’achat avec. Ceux qui détiendront des euros, des dollars ou toute autre forme de monnaie papier, perdront une partie importante voire totale de leur pouvoir d'achat: c'est la crise économique que certains économistes appellent "The Big One", équivalente, voire pire que celle de la grande dépression de 1929, qui était en partie responsable de la Seconde Guerre Mondiale.

 

- Le marché de l’or est petit. Tout l’or produit depuis la nuit des temps représente un cube de 20m de côté (8000m3). Un afflux massif de capitaux vers le marché de l’or contribuera à la forte augmentation de l’once d’or.

 

- La croissance du marché de l’or est maintenant établie depuis 2001 : +20% de performance annuelle moyenne depuis 15 ans.

 

- L’or a déjà prouvé durant des millénaires son rôle de protection contre la destruction de valeur.

 

- Avec la chute de toutes les Bourses mondiales et la baisse vertigineuse de l’immobilier dans certains pays (ou sa surévaluation en France par exemple), sans parler des risques sur les obligations d’états, il ne reste plus que l’or et l’argent physique comme solution de protection de son patrimoine.